Vol Lyon-Rennes : fausse alerte à la bombe d’un étudiant qui ne voulait pas voir ses parents

L’étudiant de 23 ans ne voulait pas que ses parents le rejoignent à Rennes. Il risque cinq ans de prison.

Il y a des blagues qu’on ferait mieux de garder pour soi. C’est ce qu’aurait dû faire cet étudiant rennais de 23 ans avant de passer l’appel de trop. Vendredi 18 janvier, un avion de la compagnie easyJet devait se rendre de Lyon à Rennes, transportant 150 passagers. Il est rapidement revenu sur ses pas après un coup de fil anonyme indiquant la présence d’une bombe à bord de l’avion. Un incident qui a eu pour conséquence l’interruption totale du trafic durant 40 minutes.

Fausse alerte à la bombe : la faute à un étudiant rennais
Le jeune homme, âgé de 23 ans, comparaîtra le 21 mai prochain devant le tribunal correctionnel pour avoir lancé une fausse alerte à la bombe sur un vol easyJet Lyon-Rennes, poussant le pilote de l’avion à faire demi-tour. Les raisons de son geste ? « Il ne souhaitait pas que ses parents, qui avaient pris place à bord de cet avion, le rejoignent à Rennes», a indiqué le procureur de la République de Rennes.

L’étudiant, qui a reconnu les faits, encourt une peine de cinq ans de prison et 75 000 euros d’amende. D’ici sa comparution, l’accès à tout aéroport lui est interdit.

 

PARTAGER :