Lyon : ce que vous ne saviez pas sur la Place des Terreaux

Tour à tour lieu d’exécution puis marché aux porcs, la place des Terreaux et ses 7000 m² de superficie sont aujourd’hui un lieu de passage incontournable de la Presqu’île. Vivre Lyon vous souffle trois choses que vous ne saviez pas sur ce lieu lyonnais créé en 1625.

 

Des fossés marécageux
« Terreaux » vient du latin « Terralia », signifiant fossé. Origine qui remonte avant le XVIe siècle, à une époque où le lieu était situé en dehors des remparts de la ville, occupé par des fossés marécageux dus à la présence d’un canal reliant la Saône au Rhône. En avant du mur de la Lanterne, ces fossés étaient notamment utilisés pour s’entraîner au maniement de l’arbalète et de l’arquebuse – arme à feu-. Du saint-patron des tireurs, Saint-Sébastien, vient le nom d’une montée située à proximité des Terreaux.

Qu’on lui coupe la tête !
Tour à tour marché au porc, cimetière protestant et lieu d’observation du ciel jésuite, la place des Terreaux a également été le témoin d’exécutions publiques. Des noms célèbres y perdirent la tête. Accusés d’avoir comploté contre Richelieu, le beau Cinq-Mars, favori de Louis XIII, et son ami François-Auguste de Thou furent exécutés le 22 septembre 1642 en présence du cardinal, évêque de Lyon.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Nao Mb (@naomie_mb) le

Changement de destinataire
Récemment restaurée, la fontaine Bartholdi était à l’origine prévue pour la ville de Bordeaux. Le « Char triomphal de la Garonne » représente en réalité la Garonne et ses affluents. Réalisée par le sculpteur Frédéric Bartholdi à la demande du maire de Bordeaux, la statue fut jugée trop chère par la ville bordelaise avant de séduire le maire lyonnais Antoine Gailleton. Elle fut alors installée en 1892 face à l’Hôtel de Ville. Elle fut déplacée en 1994, lors de la reconfiguration de la place par Christian Drevet et Daniel Buren, en raison de la construction d’un parking souterrain.

PARTAGER :