Lyon : ce que vous ne saviez pas sur le théâtre de Fourvière

Ce qu’il faut savoir sur le théâtre romain de Fourvière de Lyon !

La rue des boutiques
Des fouilles ont révélé une zone de boutiques carrées adossées en avant d’un mur de soutènement. Les indices relevés lors de ces fouilles ont permis de distinguer des boutiques d’artisans, parmi lesquels un probable débit de boissons chaudes, un marchand de couleurs, et une blanchisserie.  

Show devant! 
Des jeux étaient organisés au théâtre. Au programme, entre autres : un concours d’éloquence grecque et latine. Un fragment de Dion Cassius, historien romain, indiquent qu’un maitre de danse de l’empereur romain Caracalla, chassé de Rome, est venu à Lyon. « Il y charma les gens, parce qu’ils étaient assez frustes, et d’esclave et danseur, il devint général et préfet ». Des jeux scéniques étaient offerts aux citadins, en remerciement de leur soutien électoral. Ces donateurs pouvaient financer les travaux d’aménagement, de décoration ou d’entretien de leur théâtre municipal. Parmi les spectacles proposés, on pouvait assister au pantomime, un genre scénique entre mises en scène musicales et chorégraphiques. 

Des fouilles à prix d’or
Le chantier archéologique de Fourvière a débuté avec le soutien du maire Édouard Herriot. Pour mener à bien les recherches, il a créé un service dédié : l’atelier municipal des fouilles. Le conseil municipal a débloqué un crédit de  135  000 francs  pour un chantier de 27 chômeurs, qui a commencé le 25 avril 1933 à l’emplacement de l’amphithéâtre. Ce fut le chantier archéologique le plus important de Lyon, engageant jusqu’à 120 ouvriers en 1940.En échange de leurs services, les ouvriers recevaient des primes pour les objets qu’ils découvraient. De  25 francs pour un fragment de céramique décorée, à  200 francs  pour une monnaie antique.